Incarna

Incarna

Incarna, entre réalité virtuelle et divertissement

Interview de Tibor Baratin, co-fondateur & directeur général d’Incarna
10 juillet 2017

Immerger des gens dans un univers onirique, leur raconter une histoire dont ils seront les héros : c’est ce que promet la jeune société Incarna à ses clients qui se divertiront bientôt dans son centre de réalité virtuelle. Ouverture prévue : l’hiver prochain. Cette nouvelle expérience destinée au grand public se veut très qualitative grâce à un graphisme et un équipement haut de gamme. Tibor Baratin, co-fondateur & directeur général, nous raconte ce loisir nouvelle génération.

Comment est née votre idée de jeu ?

Avec Jean-Noël Chiganne (fondateur et président d’Incarna), nous nous sommes connus il y a une dizaine d’années sur des jeux en ligne. Il a une formation d’ingénieur en réalité virtuelle, a réalisé plusieurs stages dans des laboratoires de recherche sur ce sujet, tandis que j’ai été consultant informatique dans le domaine de la banque et l’assurance. Très tôt, Jean-Noël a voulu raconter des histoires en « immersion » au sein d’un environnement artistique qui lui était propre.
Incarna est née de ce rêve de mêler l’imaginaire à une technologie puissante et prometteuse. La société a été créée en février 2016. On a démarré dans un sous-sol puis nous avons été hébergés chez l’accélérateur StartUp42 de l’école EPITA : cette structure propose à de jeunes entrepreneurs de voir leurs projets se concrétiser.
Nous y avons acquis des compétences entrepreneuriales, notamment. Ce fut très instructif. Nous sommes actuellement en levée de fonds (1 million d’euros au total) et donc toujours à la recherche d’investisseurs. Sachant qu’une partie de ce montant a déjà été levée (auprès de nos proches et d’investisseurs dans le cadre BSA Air).
Nous avons recruté une équipe qui monte en compétences. Nous sommes épaulés par un conseil stratégique composé de seniors, tous reconnus dans leurs domaines (loisirs, réalité virtuelle…). Car dès le début, notre volonté a été de nous inscrire dans une perspective de moyen et long terme.

En quoi l’expérience que vous proposez aux clients ?

Elle se déroulera dans un espace Incarna, créé et conçu pour cette aventure ludique de réalité virtuelle. Trois à quatre personnes peuvent participer en même temps. Toutes reçoivent, en amont, une lettre de mission. A leur arrivée, elles sont accueillies par un maître du jeu qui contrôlera la partie en temps réel. Au total, elle dure entre une heure et une heure quinze, dont quarante-cinq minutes en réalité virtuelle. On passe donc du réel au virtuel et du virtuel au réel dans notre centre.
Concrètement, les joueurs seront immergés dans un monde parallèle, dont ils seront les héros. Il y a de l’exploration, parfois des combats, de la tension, des énigmes… Le tout dans un décor onirique.
Les gens peuvent se parler, communiquer, interagir. Pour se mouvoir correctement avec un maximum de confort, chaque personne dispose d’un espace de quinze mètres carrés.
Elle est équipée d’un casque HTC Vive et de deux manettes dotées chacune d’une seule gâchette. C’est très simple d’utilisation.

Pourquoi les gens doivent-ils se déplacer dans votre espace pour jouer ?

Déjà, s’ils voulaient jouer chez eux, il leur faudrait de l’espace pour se déplacer, ce qui n’est pas évident dans un appartement. Ensuite, venir chez nous est synonyme de sortie entre amis, c’est convivial. C’est comme aller au théâtre ou au cinéma.
Surtout, il faut savoir qu’un casque HTC Vive coûte actuellement 899 euros. Sachant que notre jeu nécessite un ordinateur très puissant dont l’achat n’est pas à la portée de tout le monde.
D’autant que de futurs équipements réservés aux professionnels, plus performants et offrant de meilleures résolutions, seront bientôt disponibles à un coût encore plus élevé.
D’où l’intérêt évident pour le particulier de profiter de ce divertissement à l’extérieur. Chez Incarna, nous montrons que la réalité virtuelle est une technologie permettant de se divertir à l’extérieur et à plusieurs, ce qui est plus amusant que de rester seul chez soi.
Notre jeu fonctionne sur la cohésion, c’est très collaboratif.

Quel est le pitch de l’histoire d’Incarna ?

Depuis qu’Incarna a découvert l’existence d’une autre dimension, nous nous préparons à l’explorer avec prudence. Après des années de préparation, le jour est enfin venu d’ouvrir la voie à nos équipes d’aventuriers d’un nouveau genre. Ni scientifiques, ni mystiques, nous préférons nous qualifier de lucides.
Toute personne capable d’entrer en contact avec cette autre dimension vous le confirmera : les merveilles semblent aussi nombreuses que les dangers qui nous attendent…

A qui s’adresse votre jeu et à quel tarif sera-t-il ?

Elle est destinée au grand public. Cependant, notre cœur de cible est constitué de jeunes de vingt à trente-cinq ans. Le tarif sera fixé entre trente et quarante euros par personne pour une heure trente sur place (une heure à une heure quinze de jeu, dont quarante-cinq minutes de réalité virtuelle).
Vous proposez aussi votre jeu à des partenaires. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?
Quand notre aventure sera exploitée dans notre espace Incarna qui devrait ouvrir à la fin de l’année 2017, nous pourrons également la mettre à la disposition d’entreprises : nous réfléchissons à proposer quinze minutes de jeu en réalité virtuelle aux sociétés désireuses, par exemple, de faire de l’événementiel, d’organiser des soirées pour leurs salariés ou leurs propres clients. L’idée est de nous déplacer dans la société, d’installer notre équipement sur place puis de le démonter à la fin. De même, ces quinze premières minutes pourraient s’intégrer dans des salles d’arcade VR (établissements de loisirs proposant une multitude d’expérience en réalité virtuelle).

Votre expérience a-t-elle déjà été testée par des joueurs ?

Oui, bien sûr, dans nos locaux actuels. Plus de mille personnes se sont déjà inscrites sur notre site pour avoir la possibilité de venir la tester. Notre idée est de créer une communauté qui perdure à l’issue de l’aventure. Nous souhaiterions que les gens puissent, ensuite, rester en contact.
Concrètement, Incarna essaie d’extraire le meilleur des différents divertissements (littérature, cinéma, jeux vidéo…) en combinant la narration et l’action à l’aide de la réalité virtuelle.
Pour une plongée des plus sensorielles et collaboratives. Notre désir est de faire revivre à l’adulte, grâce à la réalité virtuelle, les aventures qu’il imaginait étant enfant.

©Incarna