Manecho

Imagine with Orange

Rencontre avec Nicolas Bry, Directeur d’innovations Orange Vallée Technocentre
10 avril 2015

Echo Conseil

Nicolas Bry, Directeur d’innovations Orange Vallée Technocentre

Plate-forme collaborative de partage d’idées, Imagine with Orange propose un thème de réflexion différent chaque trimestre. Objectif ? Inviter les internautes à exposer, en quelques mots, leurs innovations sur le sujet du moment : éducation, famille, shopping, ville intelligente… Chacun peut ensuite commenter et enrichir les projets présentés. Après un vote du public, les gagnants sélectionnés sont conviés à Paris afin de participer à un atelier de travail. Explications.

Quelle est la vocation d’Imagine with Orange ?

Imagine with Orange est une plate-forme qui tient une double promesse : c’est à la fois un crowdsourcing (production participative) d’innovations et un tremplin pour les entrepreneurs. Imagine invite ainsi les internautes à partager leurs idées pour qu’elles deviennent réalité.
Concrètement, elle suggère un thème tous les deux mois : objets connectés, numérique au féminin, smart city, digital pour le climat… Les internautes exposent leurs projets sur ce sujet en quelques mots.
Parallèlement, des centaines de personnes vont les commenter, les enrichir et voter. Imagine avec Orange va ensuite inviter à Paris les porteurs des idées les plus appréciées pour leur proposer un coaching innovation sur leur projet et une session de formation dans l’Orange Fab, voire un test du concept sur Lab Orange.
Les résultats peuvent influer sur les projets innovants d’Orange ou se poursuivre dans une démarche entrepreneuriale. Dans ce cas, un partenariat avec le site de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank va permettre d’aider le porteur d’idée à monter sa campagne de levée de fonds. Orange apporte un amorçage financier et le concept est mis en avant.

Un premier bilan ?

Après sept campagnes qui se sont déroulées sur un peu plus d’un an, la communauté Imagine rassemble 8 000 membres en provenance de 56 pays ayant partagé plus de 1 300 idées. Les retours de campagne ont permis d’affiner l’orientation de projets Orange, par exemple, sur les objets connectés ou le mobile banking, en faisant « entrer la voix du client » en amont. Une dizaine de lauréats en provenance de Pologne, Roumanie, Inde, Tunisie, France ont été accompagnées sur leur idée : le tremplin pour entrepreneurs fonctionne, la promesse « partagez vos idées, nous vous aidons à leur donner vie » est tenue.

Comment est née Imagine with Orange au sein de l’entreprise ?

Tout est parti de la volonté de faire découvrir les idées venues d’ailleurs. Car des idées locales peuvent avoir une portée globale, sans forcément être nées dans la Silicon Valley. La plate-forme a été développée chez Orange Vallée, l’incubateur de projets disruptifs de l’entreprise, puis lancée, en octobre 2014, par Stéphane Richard lors du Hello Show, avec un premier challenge d’idées sur les Objets Connectés baptisé Datavenue. Exemple ? AuKenya, pays où il y a peu de comptes bancaires, la mobile money a été créée pour permettre les virements entre particuliers, grâce à un simple SMS. Des millions de gens l’utilisent aujourd’hui. Orange a ensuite étendu le service du Sénégal à l’Egypte, ajoutant le transfert international et le paiement de factures. L’idée a ensuite traversé la Méditerranée pour rejoindre la Roumanie et la France. Elle rend un service essentiel, le transfert d’argent sans besoin de compte bancaire, sur une technologie simple et low-tech, le SMS. De l’innovation frugale !

Et demain ?

Imagine a ouvert sa communauté à d’autres entreprises pour qu’elles viennent recueillir des retours de la communauté internationale sur leurs démarches d’innovation : cela peut être fait en cobranding ou en marque blanche. Il s’agit d’un service crowdsourcing as a service appelé « campagne managée » : « venez essayer l’offre et révéler des opportunités d’innovation ! ». Fin avril, Imagine souhaitant renforcer son aide aux entrepreneurs, ouvrira une nouvelle section pour les start-ups qui souhaitent dialoguer sur leurprojet avec une communauté internationale. Elles pourront lancer leur campagne en mode self-service et améliorer leur proposition de valeur/produit/business model/marketing avec les retours des internautes. Il leur sera aussi possible de commencer à créer une communauté autour de leur offre et de leur marque.

Quelle est votre vision de l’open innovation ?

L’innovation est mon métier depuis une vingtaine d’années. Diplômé de Supélec, d’HEC et éditeur du site rapidinnovation.fr, j’aime alterner les projets (ADSL en 2000 pour SFR, TV sur Internet en 2005 pour Club-Internet et huit projets en huit ans chez Orange Vallée) avec la réflexion sur les méthodes (notamment l’approche innovation rapide, développée en thèse à HEC en 2010). Imagine est à la fois un produit et une méthode, ce qui me ravi ! A mes yeux, l’open innovation est le nouveau standard. Elle recouvre le fait d’aller chercher des compétences sur le marché de l’innovation (comme la sélection de start-ups via le réseau des accélérateurs Orange Fab), l’exposition de ressources de l’entreprise pour permettre à d’autres d’innover (les APIs Orange) ou encore l’association des utilisateurs dans la conception des innovations (Imagine).
Plus récemment, j’observe un phénomène intéressant couplant les démarches d’innovation participative et d’intraprenariat avec l’open innovation : les idées des salariés sont accélérées en interne mais en allant chercher les retours des internautes, sur des plates-formes comme Imagine, pour approfondir l’appétence du concept.

©Orange