Manecho - La Poste

La Poste

La Poste propose son Service Urbain de Proximité pour une Expédition Rapide

Interview d’Alexandre Berger, directeur de l’unité d’Affaires Solutions Logistiques et Transport de Proximité
15 janvier 2020

Alexandre Berger, directeur de l’unité d’Affaires Solutions Logistiques et Transport de Proximité (service, courrier, colis)

Avec la croissance de l’e-commerce, la logistique fait sa révolution. Car de la qualité de la livraison des marchandises dépend la satisfaction du client. Face à ces enjeux colossaux, La Poste mise notamment sur ses actifs immobiliers urbains. Réhabilités en entrepôts, ces locaux situés au plus près du destinataire final, s’avèrent des atouts précieux.
Explications d’Alexandre Berger, directeur de l’unité d’Affaires Solutions Logistiques et Transport de Proximité (service, courrier, colis).

Pouvez-vous nous expliquer la genèse du projet Super ?

Super, c’est le nom de projet Service Urbain de Proximité pour une Expédition Rapide. Il est né à la fin de l’année 2017. Son objectif vise à utiliser au mieux les actifs dur Groupe La Poste. De fait, son maillage territorial, sa force de travail, ses compétences, sa proximité, son foncier, qui servent aux opérations quotidiennes, peuvent être valorisés autrement. C’est le cas, notamment, de certains espaces, auparavant occupés par les activités courrier. Notre défi est de rapprocher les marchandises du client final, pour répondre à la vitesse attendue par les consommateurs dans leurs livraisons.
Dans cette optique, nous avons réalisé un premier test. L’idée a été de transformer un peu moins de 400 m2 dans le XVIIe, à Paris, au deuxième sous-sol d’un établissement postal doté de cinq à six mètres de plafond, et déjà connecté à l’ensemble du réseau de La Poste. Ce point logistique devait être capable d’accueillir des camions porteurs, en plein cTmur de la ville. Cette première expérience a rencontré un vrai succès. On a pu constater que la solution s’intégrait bien dans nos processus.

Il s’agit d’un nouveau métier…

Oui, et c’est un des défis à relever pour notre Groupe. Nous avions des stocks à gérer, des réceptions fournisseurs, des inventaires, soit un vrai travail logistique opérationnel. Nous avons intégré ces nouvelles fonctions, ces nouvelles compétences : pour autant, ces métiers de logistique et de transport restent proches de la vocation de La Poste. On a eu beaucoup de volontaires, qui nous ont laissé croire que cette nouvelle activité avait du sens. On a ici une vocation d’urgence, de livraison rapide, qui reste personnalisée. Compte tenu de nos nombreux retours positifs, nous avons pris la décision de déployer davantage de sites. Avec toujours à l’esprit de diminuer l’empreinte environnementale. Ainsi, nous sommes désormais dans le VIIIe et dans le XVIIe à Paris, et nous travaillons à l’ouverture d’un site à Lyon, ainsi que sur la métropole de Lille. Concrètement, nous avons développé des solutions qui nous permettent, par exemple, de collecter sur Paris, à 14 heures, des colis qu’on livre le soir même dans la Capitale vers 19 heures.

Vous vous adressez également aux professionnels ?

Oui. Notre idée est de proposer des services d’exception aux commerçants, dans le monde du retail et du e-commerce. Nous avons, par exemple, été sollicités par des acteurs de la maintenance. Nos sous-sols, équipés comme entrepôts, possèdent ainsi des stocks d’environ 4 000 pièces détachées, mises à disposition pour la logistique d’urgence. Elles sont expédiées vers des garages qui ont parfois besoin d’une pièce qui va leur permettre de rendre le véhicule à son propriétaire le soir-même. Quand il y a une promesse de service au client, la pièce en question devient critique ! Le marché de l’automobile est intéressé, comme celui des réparateurs d’ascenseur.
Nous observons également le segment de la monétique. De fait, si la tablette qui sert de caisse enregistreuse tombe en panne, le chiffre d’affaires de la journée du commerçant peut être mis en péril. Ce matériel a besoin d’être réparé rapidement. Or, un technicien qui circule en ville n’a pas forcément l’intégralité des pièces détachées dans sa camionnette. Nous nous perfectionnons en rendant un service affiné. Sur des petites surfaces de de stockage, on cherche à mieux maîtriser l’approvisionnement, à proposer un service des plus pointus. Si vous avez une chaudière à réparer, il faut par exemple envoyer à une adresse une pièce qui sera réceptionnée par le technicien : il faut être capable de faire synchroniser le destinataire et la destination alors que le propriétaire du lieu n’est pas forcément celui qui a commandé le produit.

Comment vous positionnez vous à moyen long terme ?

La Poste est déjà leader des activités du premier et du dernier kilomètre, de par l’activité de collecte et de remise du courrier vers les pros, avec 130  000 prestations quotidiennes. On utilise notamment des véhicules quatre roues, qui pourraient servir à transporter des colis, des objets, et proposer des prestations de collectes en proximité. Notre ambition est de conforter notre position avec la conscience d’une certaine responsabilité, en nous inspirant de services innovants.
En tant qu’acteur national et leader sur les activités de logistique urbaine et de portage, on souhaite rendre disponible ce type de service partout en France parce qu’on a le maillage pour le faire Aujourd’hui, les gens veulent être livrés très souvent en petite quantité, ça change la façon d’aborder la logistique. La massification reste intéressante pour les gros volumes, mais nous devons intégrer davantage de finesse dans les solutions tout en conservant et valorisant le facteur humain.

©La Poste