Manecho

Groupe TB

Groupe TB

Le couteau français traverse les frontières

Interview d’Éric Tarrerias, pdg du Groupe TB
10 octobre 2016

Echo Conseil

Éric Tarrerias
pdg du Groupe TB

Capitale de la coutellerie française depuis des siècles, Thiers abrite le numéro un du secteur, le Groupe Tarrerias-Bonjean (TB), petite société devenue véritable entreprise high tech qui a créé le couteau Evercut. Avec son tranchant exceptionnel, il coupe jusqu’à trois cents fois plus longtemps qu’une lame traditionnelle, sans affûtage. Eric Tarrerias, son pdg, nous ouvre les portes de l’usine qui produit 150 000 couteaux par jour. Entre traditions et robots dernier cri.

Quelles sont les nouvelles tendances dans le domaine des arts de la table ?

Après une certaine mode pour les fast-foods, les préparations rapides « nouvelles cuisines » et autres salades sur le pouce, on observe un retour à des préparations culinaires plus élaborées. Cette tendance s’exprime dans les fortes audiences réalisées par les émissions télévisuelles de cuisine, les blogs de recettes, la presse spécialisée (Zeste, Elle à table…). On retrouve une attirance pour une belle table, mieux dressée. Bien recevoir revient à la mode, comme on peut d’ailleurs le constater via le succès d’« Un dîner presque parfait », lancé en 2008 sur M6.

Cette évolution a-t-elle des conséquences sur les produits que vous fabriquez ?

Avec la crise, on remarque un recentrage de la consommation sur des couverts (couteau, cuillère, fourchette…) de qualité, pas forcément chers, mais rassurants dans leur structure : forgés inox, avec des manches de couleur, des pièces métalliques de bonne épaisseur. Les gens souhaitent des produits durables. Le tout bas de gamme est en perte de vitesse (couleur comme inox). Côté design, il nous faut couvrir une large palette de goûts, du traditionnel « Troquet » au plus design des forgés inox, en passant par des tendances nouvelles (Baroque, couverts décorés aux motifs et couleurs design…), voire très avantgardistes (couverts à facettes, forgés inox laqués…). Désormais, la résistance de nos couverts au lave-vaisselle est devenue indispensable ! Au risque de reléguer son produit à des niches de ventes confidentielles.

Quel rôle joue l’innovation au sein de votre entreprise ?

L’innovation est l’ADN de TB. Elle est au coeur de toutes nos réflexions, qu’il s’agisse des produits, technologies, systèmes de production, packaging ou merchandising.
Nous ne laissons aucun aspect de côté sans avoir pensé à ce qui pourrait le faire progresser et le rendre innovant. Nous avons mis en place des processus internes qui génèrent ces questionnements et leur permettent de prospérer. Depuis l’idée marketing jusqu’à la conception design et le bureau d’études, rien n’est laissé au hasard. Chez nous, l’innovation a d’ailleurs commencé très tôt : nous avons été parmi les premiers couteliers à intégrer les manches plastiques, aujourd’hui répandus dans nos cuisines. Il nous a fallu innover dans les méthodes de fabrication pour concurrencer l’Asie, baisser nos coûts de revient, tout en maintenant des niveaux de qualité élevés.

La fabrication d’un couteau est-elle si différente d’autrefois ?

Elle est plus complexe qu’il n’y paraît car le produit embarque aujourd’hui beaucoup de technologies. De la bobine d’acier jusqu’à l’objet emballé, nous réalisons tous les éléments composant le couteau. La tradition est toujours existante, bien sûr, et certains métiers qui se transmettent de génération en génération (finisseur, polisseur, ajusteur…) ne cesseront jamais d’être présents dans l’entreprise. Mais ils ne peuvent plus tout faire et nous avons besoin de technologies, de robotique, de machines à commandes numériques, indispensables à l’élaboration de produits réguliers, innovants, bien finis. Pour garantir sa pérennité, TB mise sur la montée en gamme de ses marques avec des produits adaptés aux plus hautes exigences.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre couteau Evercut aux propriétés exceptionnelles ?

Evercut est un bijou technologique qui a nécessité cinq années de recherche & développement. C’est la possibilité d’utiliser une lame qui coupe très bien et pendant très longtemps sans avoir besoin de la raffûter. Aujourd’hui, c’est une rupture dans la façon de fabriquer un couteau. Sur son arête tranchante, on crée un nouveau matériau à base de carbure de titane qui est une matière extrêmement dure (juste sous le diamant). Grâce à un faisceau laser (à une température instantanée de plus de 4 000°C), il y a fusion de ce matériau ultra-dur sur l’acier inox. Cette arête renforcée est ensuite profilée et affûtée par des meules diamantées, unique matériau capable d’usiner la lame Evercut. Le résultat donne un tranchant quasiment inusable dont la qualité et la finesse de coupe sont exceptionnelles. À titre de comparaison, il faut savoir qu’une lame en acier classique a une durée moyenne de coupe sans affûtage de trente jours. Avec de l’acier très haut de gamme, on grimpe à soixante jours, jusqu’à quatre ans avec une lame en céramique premier prix et dix ans pour la céramique très haut de gamme. Sachant que ces matières restent fragiles et cassent malheureusement avant d’être usées. La lame Evercut, elle, extrêmement résistante, offre une durée moyenne de coupe sans affûtage de vingt-cinq ans !

Sur quoi portent vos recherches actuelles ?

Nous travaillons sur différents axes, avec un large programme de développement sur la technologie Evercut qui ne cesse de progresser. Car elle n’est pas un aboutissement, c’est une nouvelle façon d’aborder l’avenir. Nous voulons apporter des choses différentes dans un métier que l’on souhaite clairement révolutionner. Nous travaillons aujourd’hui à ce que nous allons livrer dans les cinq à dix ans à venir ! Et le planning est très chargé. L’objet couteau n’a pas connu toutes ses révolutions. TB est en train de concevoir de nouvelles générations d’objets tranchants. Notre ambition est de redonner au couteau français un véritable rayonnement international établi sur une innovation qui fasse que, dans le monde, on se dise « ah, c’est un couteau français ! »

À qui vendez-vous vos couteaux ?

Nos clients principaux sont, avant tout, les grandes surfaces alimentaires, mais aussi, les grandes surfaces spécialisées, les grands magasins, les chaînes de Cook shops, les cafés hôtels restaurants et les marchés spéciaux. Par ailleurs, notre activité très dynamique de sous-traitance industrielle nous permet de fournir, en produits finis ou semi finis, plus de deux cents couteliers artisans en France et à l’étranger. Les ventes s’opèrent également via le web (direct et indirect) et des grossistes détaillants. Plus récemment, nous avons commencé à répondre aux besoins du secteur du luxe. Cette activité en plein essor couvre notamment la sous-traitance pour de grands groupes, ainsi que plusieurs collaborations avec des chefs prestigieux comme Guy Savoy, par exemple. Notre bureau d’études répond à toute demande, et notre outil de production est suffisamment souple pour s’adapter à des exigences quasi confidentielles en quantités. 85 % de notre chiffre d’affaires est réalisé en France, contre 15 % à l’export.

Quelles sont les attentes des distributeurs ?

Les attentes des distributeurs sont nombreuses et portent sur divers aspects du métier : les produits, leurs propriétés avec des usages performants, le design, les couleurs mais également les packagings, le merchandising, sans oublier les prix. Les axes de travail sont donc nombreux. Devancer les attentes de nos clients et faire évoluer les partenariats sont les maîtres mots qui permettent de répondre aux attentes des distributeurs pour traduire en pourcentage de progression concrets ces mêmes évolutions sur chaque catégorie.

©Groupe TB