ManEcho - Cala LSA

Cala

Cala, le premier restaurant de pâtes robotisé

21 octobre 2019

En partenariat avec ManEcho, société de conseil spécialisée en stratégie de distribution, LSA vous présente régulièrement des start-ups prometteuses. Ici, Cala qui conçoit une machine à cuisiner des pâtes, permettant l’ouverture d’un point de restauration automatisé.

Qui ?

Julien Drago et Ylan Richard ont créé une machine autonome, capable de cuire des pâtes en y ajoutant une sauce, du fromage râpé et des herbes. Convaincus que les tâches répétitives sont mieux exécutées par un robot, ils préfèrent voir les hommes se consacrer à des missions plus valorisantes. Les cofondateurs de Cala ont été rejoints dans leur projet par Nicolas Barboni, chargé du marketing et des opérations. La récente levée de fonds, d’1 millions d’euros, a permis à la start-up d’accueillir différents investisseurs : Jérome Tafani (CEO Burger King & Quick France), Nicolas Steegmann (founder Stupeflix), Thibaud Elzière (founder Fotolia & Efounders), Eduardo Ronzano (founder KelDoc), Julien Romanetto et Frédéric Montagnon (co-founders de Teads), Alexandre Yazdi (founder Voodoo Games). Mais aussi, The Family, pour l’accompagnement.

Quoi ?

Via un smartphone, sur l’application Cala, les consommateurs commanderont leurs plats sur place ou depuis leur lieu de travail, leur domicile, en précisant l’heure d’arrivée. Ils pourront choisir entre quatre variétés de pâtes courtes, des sauces choisies suivant la saison, deux fromages et deux condiments. Les sauces seront préparées chaque jour par des chefs à partir de produits frais, locaux, de très bonne qualité. L’ensemble sera présenté dans boîte ronde faite en matériau recyclable. Le paiement se fera sur l’application : six euros les 300 grammes, boisson comprise.

Et demain ?

Le premier restaurant automatisé ouvrira au premier trimestre 2020 à Paris, à côté du métro Jussieu. Avec une grande amplitude horaire. Au début, du personnel accompagnera les clients pour leur expliquer le concept. L’objectif est de servir des box de pâtes à emporter. Une petite terrasse sera néanmoins à la disposition des consommateurs s’ils veulent les déguster sur place. Le robot peut préparer huit cents repas par heure. L’idée est de cibler les étudiants, à la recherche de plats qualitatifs, nourrissants et peu onéreux. Pendant la fermeture du point de restauration, le client pourra commander sa box et la récupérer dans des casiers vitrés prévus à cet effet.

©Cala